Les pays du bassin du Congo prennent une page du livre indonésien sur la gestion des tourbières

Les pays du bassin du Congo prennent une page du livre indonésien sur la gestion des tourbières

https://ift.tt/2Re8dQo

Congo Basin – En juillet, des centaines de points chauds d’incendie ont été détectés dans la province indonésienne de West Kalimantan, provoquant une brume qui a perturbé les vols entrants et sortant de l’aéroport de la capitale provinciale.

Les sapeurs-pompiers locaux ont travaillé jour et nuit pour éteindre les incendies qui se sont produits dans les tourbières sèches après leur drainage pour la production agricole en période de sécheresse.

Récemment, une délégation de la République du Congo, avec notamment Arlette Soudan-Nonault, ministre du Tourisme et de l’Environnement du pays, a visité la région, où elle a observé le système indonésien de prévention et de lutte contre les incendies de forêts et de tourbières.

A. Soudan-Nonault a participé à des démonstrations permettant l’extinction d’incendies à l’aide du matériel disponible, qui comprenait des tuyaux et un extincteur à bretelles au dos.

Ce voyage faisait partie d’une visite de trois jours visant à présenter la gestion durable des tourbières en prévision du lancement du Centre international des tourbières tropicales (ITPC) à Jakarta le 30 octobre.

Le centre est coordonné conjointement par le Ministère indonésien de l’environnement et des forêts, le Centre pour la recherche forestière internationale (CIFOR), l’ONU pour l’environnement et l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture.

« J’ai pu constater moi-même certaines des choses que vous avez apprises en affrontant ces défis », a déclaré A. Soudan-Nonault, ajoutant qu’elle envisageait d’intégrer l’expérience indonésienne pour garantir la gestion durable de la zone de tourbières récemment découverte.

À Kalimantan occidental, les voitures de pompiers sont entretenues et préparées. Des pompiers et des volontaires dotés d’équipements de pointe sont formés pour éteindre rapidement les incendies. En saison de sécheresse, les sapeurs-pompiers restent en alerte.

L’unité des opérations de la région de Pontianak, située dans la banlieue de la ville, abrite non seulement des équipements de lutte contre les incendies mais elle constitue également un centre intégré d’éducation à l’environnement. Le complexe est utilisé pour former des pompiers et comme entrepôt de stockage.

Des parcelles de démonstration pour démontrer les techniques d’agriculture sans brûlis, et la production de fumée liquide s’ajoute au cadre de la formation. Les déchets forestiers sont collectés pour réduire les risques d’incendie et ils sont transformés en fumée liquide, ou « vinaigre de bois », pour être utilisés comme désinfectants dans les exploitations agricoles, comme additifs pour l’alimentation animale et comme pesticides organiques non toxiques.

Pak Slamet Raharjo est un agriculteur du village de Rasau Jaya, situé au Kalimantan-Occidental, qui a été formé par l’unité d’opérations de lutte contre les incendies de la région de Pontianak.

« Je brûlais avant de planter, mais maintenant, après avoir reçu une formation pour produire des engrais par compost, ma terre est bien meilleure pour la plantation », a déclaré P. S. Raharjo, se référant à la pratique traditionnelle de culture sur brûlis.

« Lorsqu’il est brûlé, le sol n’est fertile qu’une fois, puis il se dégrade. Mais en le mélangeant avec du fumier et du compost, nous obtenons de meilleures récoltes. »

APPRENDRE DES ERREURS PASSÉES

La République du Congo et la République démocratique du Congo (RDC) partagent la zone de tourbières du Bassin du Congo, découverte en 2017, et les deux pays ont convenu de gérer conjointement cette zone.

Les tourbières de la Cuvette Centrale stockent potentiellement l’équivalent de trois ans d’émissions de combustibles fossiles dans le monde.

Simon Lewis, professeur à l’Université britannique de Leeds, qui a codirigé l’équipe de recherche franco-congolaise qui a découvert la vaste zone de tourbières, a estimé que cette région est le plus grand complexe de tourbières des tropiques. Il a dit que la situation là-bas est assez différente de celle de l’Indonésie.

Les tourbières du Bassin du Congo tirent parti de leur isolement, ce qui permet leur protection – ce qui rend coûteux l’exploitation de leurs ressources naturelles, a déclaré S. Lewis.

« Ils sont très très éloignés des marchés. Même si vous produisez des produits de ces terres pour l’exportation, il sera extrêmement coûteux de les extraire et de les amener au marché », a-t-il déclaré. « Ils sont à des milliers de kilomètres de la côte, c’est très difficile d’y arriver. »

Les tourbières constituent également un trésor de biodiversité, a déclaré S. Lewis, ajoutant que la zone de tourbières comptait « parmi les plus fortes concentrations de gorilles et d’éléphants du monde ». Dans un monde moderne où nous voyons l’avantage de la quantité colossale de carbone, soit de deux à trois ans d’émissions de combustibles fossiles, toutes les émissions liées à l’utilisation des sols pour le monde entier sont enfermées là dans la tourbe. »

A. Soudan-Nonault a déclaré que, de son point de vue, ce qu’il faut immédiatement faire, c’est une cartographie de la zone. « Une fois la cartographie terminée, nous devons passer à la gestion durable des tourbières. Nous allons nous appuyer sur l’expérience indonésienne », a-t-elle déclaré.

« Nous savons que le drainage des tourbières sera un désastre. Nous savons qu’une conversion agricole à grande échelle assèchera les tourbières. Nous savons que la culture sur brûlis n’est pas bonne », a-t-elle ajouté.

Bien que les tourbières du Bassin du Congo fassent récemment les gros titres de la presse, cet écosystème n’est pas nouveau pour les populations autochtones vivant dans la région.

Carine Nzimba Zere vit dans les tourbières de Brazzaville, capitale de la RDC. Elle a déclaré que « les autochtones ont une relation privilégiée avec l’environnement. La protection des tourbières protège également nos vies, car nous vivons dans la forêt et il est très important pour nous de la conserver. »

Nzimba Zere est la présidente de l’Association Debout Femmes Autochtones Du Congo (ADFAC), une organisation non gouvernementale (ONG) œuvrant en faveur des droits des peuples autochtones. Elle a rejoint la délégation du Congo pour découvrir comment les indonésiens protègent les tourbières. « Il nous sera très utile de tirer parti de votre expérience », a-t-elle déclaré.

Le rôle des peuples autochtones dans la protection de la forêt est essentiel et on dit souvent qu’il est lignes de front de la conservation de la nature.

Erik Solheim, head of UN Environment, who attended the ITPC launch in Jakarta, said: “There are two huge economic opportunities for peatlands: tourism and better agricultural practices, so farmers can get more out of their land and there is less reason to open virgin forests.”

Erik Solheim, responsable d’ONU Environnement, qui a assisté au lancement de l’ITPC à Jakarta, a déclaré : « Il existe deux énormes opportunités économiques pour les tourbières : le tourisme et de meilleures pratiques agricoles, afin que les agriculteurs puissent tirer davantage de leurs terres et qu’il y ait moins de raisons d’ouvrir forêts vierges. »

The post Les pays du bassin du Congo prennent une page du livre indonésien sur la gestion des tourbières appeared first on CIFOR Forests News.

Superforest

via CIFOR Forests News https://ift.tt/2xsQew9

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s