Un bref explicatif du fonctionnement du financement de la REDD+

Un bref explicatif du fonctionnement du financement de la REDD+

https://ift.tt/2MAlHb4

Dans l’un des plus importants efforts en cours pour lutter contre le changement climatique, les projets menés dans le monde dans le cadre de la REDD+ – Réduction des Émissions dues à la Déforestation et à la Dégradation des forêts – apportent des bénéfices inestimables pour l’avenir collectif de la planète. Mais, cela a un prix. Qui paye pour ça ? Où va l’argent ? Quels sont les retours sur investissement ? Et pourquoi les réponses à ces questions ne sont-elles pas déjà largement connues ?

À la veille du symposium sur le Dossier d’investissement du Global Landscapes Forum – le 30 mai – un sommet de haut niveau sur l’investissement durable – nous avons discuté avec Stibniati Atmadja, chercheur au CIFOR, qui a travaillé avec une équipe sur une étude avant-gardiste de l’état actuel du financement de la REDD +. Ici, elle nous donne un bref aperçu de son fonctionnement.

Pouvez-vous définir le financement indirect et direct de la REDD+ dans vos propres mots ?

La REDD+ directe signifie que l’activité a sur elle la marque REDD+ – son titre contient REDD+, l’activité est décrite comme utilisant la REDD+, ou elle implique des institutions créées pour acheminer de l’argent REDD+ (ONU-REDD, par exemple). Les activités indirectes de REDD+ ont les mêmes objectifs, mais n’utilisent pas la marque. Beaucoup plus de financement vont là [pour la REDD+ indirecte].

Pourquoi donc ?

En ce qui concerne les marques, pensez au détergent. Vous avez Tide et vous avez d’autres marques. Ils ont tous le même objectif de nettoyer vos vêtements, mais ne sont pas simplement appelés Tide. Beaucoup de choses que nous faisons tentent de réduire la déforestation et la dégradation, mais elles ne sont sous marque REDD+ – par exemple, le boisement, le reboisement, la conservation de la biosphère. Cela crée une incertitude sur la manière de marquer le financement comme REDD+ ou non-REDD+.

Comme pour les détergents, chaque marque vend quelque chose d’unique. REDD+, par exemple, elle incorpore des principes écrits relatifs au suivi rigoureux des réductions d’émissions, des impacts sur les moyens de subsistance et la biodiversité, etc. – un peu comme certains détergents qui ne font pas de tests sur les animaux ou qui utilisent seulement des ingrédients naturels.

Les activités REDD+ se déroulent en trois étapes : préparation, mise en œuvre et paiement basé sur les résultats. Comment se répartit la finance entre les trois ?

Cela dépend de l’année. Lorsque la REDD+ a commencé à obtenir une plus grande reconnaissance mondiale et donc de financements – à partir de 2009-2013 environ – beaucoup d’argent a été consacré à la préparation. Au fur et à mesure que les pays passaient de la préparation à la mise en œuvre, davantage de financements sont apparus pour soutenir ceux qui les mettent en œuvre. À l’heure actuelle, certains pays ayant des paiements axés sur les résultats, vous avez des mécanismes qui s’efforcent d’y remédier, comme le Fonds BioCarbon de la Banque mondiale.

L’essentiel du financement de la REDD+ a été jusqu’à présent pour la préparation, car c’est par cela que ça a commencé et ça se poursuit toujours. Cependant, cela diminue, et les donateurs essaient de soutenir davantage la mise en œuvre et les paiements fondés sur les résultats.

Dans l’ensemble, pensez-vous que le financement augmente, diminue ou atteint un plateau ?

Je ne peux pas vraiment dire. Il fluctue. Et je ne peux pas vraiment distinguer entre la préparation, la mise en œuvre ou le paiement fondé sur les résultats avec les données disponibles.

Il est important de savoir que le financement de la REDD+ est de plus en plus traité comme une sous-composante du financement du climat, de sorte que la REDD+ est en concurrence avec toutes sortes de financements climatiques. Et comme la REDD+ est principalement une activité d’atténuation, cela signifie qu’elle doit concurrencer des activités d’aide financière plus lucratives, telles que de nouvelles formes d’énergie, l’efficacité énergétique, les transports… Et c’est assez difficile. Lorsque la REDD+ est regroupée avec un financement d’adaptation, elle commence à être une concurrente. Là, la foresterie est sur un pied d’égalité avec d’autres mesures d’adaptation qui ne sont pas aussi évidentes sur le plan du profit. Donc, si la REDD+ pouvait simplement se libérer et être au cœur de l’atténuation et de l’adaptation – parce que c’est le cas – alors ce serait mieux.

Les investisseurs considèrent-ils généralement le financement de la REDD+ comme un moyen rentable et attrayant d’investir ?

Eh bien, premièrement, lorsque vous parlez d’aide, vous ne considérez pas le profit comme un objectif. Vous pensez à un coût irrécupérable pour investir dans quelque chose à l’avenir. S’il y avait un cas d’investissement très fort pour la REDD+, alors vous verriez beaucoup d’activités directes de REDD+ financées par des prêts ou des fonds propres ou une sorte de mécanisme qui donnerait le sentiment que ce n’est pas vraiment une aide. Les données que j’ai analysées concernaient l’aide au développement et les prêts à l’étranger jusqu’en 2015. Dans ce cadre, la quasi-totalité de la REDD+ directe (99%) est financée par des subventions au développement à l’étranger. Pas d’emprunt, pas de fonds propre, pas de prêt.

Pour moi, il semble que nous soyons toujours dans une phase de réflexion sur la REDD+ en tant qu’investissement mondial visant à faire bouger les choses dans le secteur forestier, de sorte que le monde ait à l’avenir la possibilité d’avoir des forêts. C’est un investissement social, si vous voyez ce que je veux dire. Les bénéfices financiers ne sont pas pris en compte dans l’équation en ce moment.

Si ce financement international n’existait pas, vous verriez peut-être des pays obtenir des prêts pour investir dans les forêts. Mais jusqu’à présent, la plupart des pays ne l’ont pas fait et ceux qui empruntent ne l’appellent pas de la REDD. Ils appellent cela le boisement, la planification du développement forestier ou quelque chose comme ça. La Chine a un énorme emprunt de 250 millions d’euros pour la foresterie, mais cela n’est pas appelé de la REDD+.

Et ce n’est pas appelé de la REDD + parce que …

Pour certains pays, la REDD+ a un MRV (mesure, notification et vérification du carbone forestier) très exubérant. Montrer que vous avez fait beaucoup de choses – sauvegarde des systèmes d’information, systèmes de surveillance des forêts, notification à la CCNUCC – est peut-être simplement trop compliqué. Pour éviter tout cela, les pays n’appellent pas cela de la REDD+. Ou peut-être que [le financement] était juste pour continuer quelque chose qui n’a jamais été appelé de la REDD+.

De plus, si vous étiez un pays qui essaie simplement de développer son secteur forestier, pourquoi l’appelleriez-vous REDD+ ?

On dit souvent qu’il y a très peu de soutien du secteur privé pour la REDD+ en ce moment. Pourquoi ?

Je ne dirais pas qu’il n’y a pas de soutien. Le problème est que nous ne savons pas. Les données ne sont pas disponibles. Je pense qu’il y a beaucoup de soutien du secteur privé pour réduire la déforestation et la dégradation à travers les investissements dans les plantations et les entreprises axées sur la conservation, etc., mais le montant n’est pas connu. Il existe des données de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) sur les transferts bilatéraux des pays aux destinataires ou des institutions multilatérales aux bénéficiaires, mais lorsque la source est du secteur privé, les données ne sont pas saisies.

Il existe d’autres études qui traitent des contributions du secteur privé au financement climatique en général. Ils parlent d’efficacité énergétique, de transport, de toutes ces choses. Et là, le secteur privé est énorme. Mais la foresterie ne reçoit que peu de financement, principalement sur le marché volontaire du carbone (VCM). Il existe quelques VCM, et vous pouvez en quelque sorte y voir les contributions du secteur privé, mais encore une fois, je n’ai pas les données.

Comment les communautés locales jouent-elles un rôle dans les efforts du secteur privé sur le terrain ?

À de nombreux endroits, si vous voulez simplement des bénéfices en matière de carbone, vous n’avez pas à travailler beaucoup avec les communautés, car ce ne sont pas les communautés qui causent le plus d’émissions. Tant que vous gardez votre concession protégée, il n’y a rien d’autre que vous devez faire. Ceci est le cas où le carbone est votre seul objectif. Cependant, ignorer les communautés est irréaliste, contraire à l’éthique et insoutenable. La plupart des forêts sont gérées de facto par les communautés. Mais si vous travaillez avec les communautés et maintenez la biodiversité, alors les coûts deviennent vraiment élevés et les financements privés ne seront pas suffisants. Vous aurez besoin de subventions et de bailleurs de fonds pour intervenir, car, à l’heure actuelle, les incitations financières liées à la vente de carbone ne peuvent pas couvrir ces coûts supplémentaires et les risques associés.

C’est intéressant, car il y a maintenant tellement de discussions sur la façon d’impliquer dès le départ les communautés locales dans les projets. Est-ce que cela nuit vraiment à l’investissement ?

Cala montre la limite du rôle du secteur privé dans la REDD+. Son rôle est vraiment de générer des profits durables et de gérer les risques liés à leurs investissements. Il ne peut et ne doit pas aller au-delà de cela. À mon avis, au-delà, c’est la responsabilité de l’État. Il y a eu tellement d’attentes à propos de ce que le secteur privé peut faire, et cela m’inquiète car les attentes sont trop grandes.

Donc, par exemple, si une entité du secteur privé vient, elle évaluera l’engagement de la communauté principalement en termes de gestion des risques sociaux. Quel est le coût pour gérer un risque en comparaison celui de ne pas le gérer ? L’engagement de la communauté doit avoir un budget basé sur le risque que vous prenez si vous n’investissez pas dans ce budget. C’est le genre de mentalité dont le secteur privé a besoin pour maintenir sa santé financière. Mais dans la discussion sur la REDD+, le rôle du secteur privé est souvent associé à des objectifs sociaux tels que les droits autochtones, le maintien de la conservation, la biodiversité, etc. Ce faisant, la logique financière est mise de côté. Et si j’étais dans le secteur privé, je voudrais que la logique financière prenne le dessus. Je pense qu’il existe un énorme fossé de communication entre ce que les donateurs, les ONG et les gouvernements attendent et ce que le secteur privé peut faire. Le rôle du secteur privé doit être détaillé et clarifié. Ils ne sont ni là pour remplacer le rôle de l’État, ni pour saper les communautés.

Alors, comment pouvons-nous encore assurer l’inclusion de la communauté locale dans les financements de la REDD+?

J’ai beaucoup réfléchi à la manière dont nous considérons les investisseurs comme de grandes institutions – les fonds de pension, les sociétés de capital-risque, etc. Mais dans la REDD+, les communautés locales sont également des investisseurs. Souvent, ce sont les communautés locales qui font le travail pour conserver les terres, les replanter, etc. Elles investissent donc dans des zones qu’elles ne possèdent pas, dans des zones que le gouvernement peut même réaffecter à d’autres, dans certains cas. Je veux dire, ça ne semble pas étrange ? Est-ce que vous feriez ça ? Nous demandons aux agriculteurs pauvres de faire la charité à tout le monde, et ils le font, car ils comprennent vraiment les bénéfices.

S’ils étaient considérés comme des investisseurs, au même titre que les grandes entreprises, cela donnerait un nouveau sens à la participation du secteur privé à la REDD+. Ainsi, le secteur privé inclut les communautés. Et ils investissent, non pas en argent, mais dans le temps, les efforts et le travail qui ne seraient pas fournis par personne d’autre. Je parie que si quelqu’un estimait le montant de l’investissement réalisé par les communautés locales en protégeant et en replantant les forêts, ce serait énorme.

Si vous regardez les échanges sur le secteur privé, qui ferait appel à un petit leader communautaire et lui parlerait en tant qu’investisseur ? Vous leur parleriez des droits des autochtones ou des moyens de subsistance alternatifs. Mais nous devons réfléchir à la manière d’améliorer les investissements pour eux. Nous devons élargir l’idée du secteur privé en incluant le petit.

Comment les autres formes de financement forestier sont-elles liées à la REDD+ ?

Au niveau international, il existe des obligations vertes – des offres de mettre de l’argent pour financer quelque chose qui générera des profits, et ce profit rapportera à quiconque qui investit cet argent. Beaucoup vont aux technologies vertes, telles que les voitures écoénergétiques.

Mais pour les activités forestières, qu’est-ce qui génère des bénéfices ? Jusqu’à présent, il s’agissait de bois et d’autres matériaux, comme des épices. Dans le secteur forestier, les profits proviennent de la vente de produits forestiers tels que le bois ou le bois de chauffage. Historiquement, cela a souvent conduit à la déforestation ou à la dégradation des forêts. Donc, nous devons faire preuve de beaucoup de prudence et d’innovation à l’égard des profits engendrables par les financements de la REDD+, car la plupart de nos expériences en la matière ont nui aux forêts.

Si vous poursuivez un peu, vous avez la question de créer une entreprise verte en général. Surtout dans le secteur forestier, cela dépend des prêts. Et il peut être très difficile d’obtenir un prêt auprès des banques. Si vous récoltez déjà dans les zones boisées existantes, les banques vous voient produire, et elles vous donneront un prêt à replanter. Mais si vous dites : « Regardez, je veux investir dans cette région aride, la reboiser et récolter dans 20 ans » ou « Je fais un emprunt pour garder cette forêt telle qu’elle est », les banques ne veulent pas financer, parce qu’ils pensent que c’est trop risqué ou qu’il n’y a pas d’argent. Peut-être est-ce un domaine pour une collaboration publique-privée, avec par exemple des gouvernements offrant des garanties de prêts aux investissements forestiers. Avec ce type de prêt, le risque de défaut de paiement est toutefois très élevé.

Le problème avec le modèle économique pour la REDD+ est qu’une grande partie était avant tout axé sur le financement du marché du carbone. Mais maintenant, le marché du carbone est juste perçu comme la cerise sur le gâteau, alors qu’avant c’était le gâteau. Franchement, je ne vais pas à une fête si tout ce que je reçois est la cerise. Beaucoup de possibilités peuvent se présenter, mais nous devons repenser la manière dont la REDD+ peut générer des dividendes pour les gens qui y investissent.

La recherche mentionnée dans cet article fait partie de l’étude comparative mondiale du CIFOR sur la REDD+. Les supporteurs de cette recherche sont énumérés ci-dessous.

The post Un bref explicatif du fonctionnement du financement de la REDD+ appeared first on CIFOR Forests News.

Superforest

via CIFOR Forests News https://ift.tt/2xsQew9

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s